Pierre Mertens Le Siècle pour mémoire – Jean-Pierre Orban – éditions Les impressions nouvelles 2018 – ISBN 9782874496301

42670927_10156948227242280_1899914564758142976_n - Copie

L’ouvrage vaut son pesant d’or !

Plus de cinq cents pages qui retracent la carrière du « lion » à la crinière à présent blanche.

D’emblée saluons la richesse de l’ouvrage qui porte la signature de Jean-Pierre Orban qui, loin de ménager sa peine, s’est plu à dresser une biographie d’un monstre de la littérature belge contemporaine, celle bien ardue et riche de multiples rencontres de Pierre Mertens.

Cette biographie critique de P. Mertens, écrivain majeur de la francophonie né en Belgique en 1939, met en lumière des aspects étonnants de sa vie et interroge les limites éthiques de la littérature.

L’auteur écrit en quatrième de couverture de son ouvrage : « Né en 1939, Pierre Mertens est un des écrivains majeurs de la Francophonie et de la littérature française. Par l’ampleur de son œuvre couronnée de nombreux prix, dont le Médicis en 1987 pour Les Éblouissements, et plusieurs fois nobélisable, il est sans doute le plus grand écrivain belge vivant.
Mais il est avant tout un témoin de son temps. Comme observateur judiciaire international et défenseur des droits de l’Homme, il a été sur la plupart des fronts de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle : Europe de l’Est, Amérique latine, Moyen-Orient.
Pierre Mertens, Le Siècle pour mémoire raconte sa vie privée et publique et se lit comme un roman à rebondissements, depuis l’engagement de ses parents dans la Résistance jusqu’à ses procès avec la famille royale belge et avec le leader politique flamand Bart De Wever. Antisémitisme, islamisme, féminisme, rien de ce qui importe sur la scène historique européenne et mondiale n’échappe à son attention ni à sa verve.
Fondée sur sept ans de recherches, ainsi que d’entretiens avec Pierre Mertens et près de quatre-vingt témoins, cette biographie entrelace constamment l’Histoire extérieure et l’histoire personnelle de l’écrivain. Le portrait sensible mais sans concession que trace Jean-Pierre Orban fait la lumière sur des épisodes étonnants de la vie de Pierre Mertens et pose des questions essentielles sur les limites éthiques de la littérature : jusqu’où peut-on aller quand on crée ? Quel impact la construction d’une œuvre et d’une vie a-t-elle sur le créateur lui-même, sur ses proches et ses personnages vivants ? Une enquête au bout de la littérature de notre temps… ».

J’ose à peine imaginer les heures de discussions et de rencontres entre Jean-Pierre Orban et « le vieux lion ». Car lorsque deux tels esprits se rencontrent, les entretiens peuvent souvent prendre des tournures inattendues… avant de revenir sur le sujet. Un « travail » parfois délicat.

Heureusement que le « petit penchant » pour certains plaisirs offert par les vignes de France et de Navarre empêcheront les gorges de se dessécher. Et le Maître sait entretenir, bien heureusement, son « organe oratoire ».

Croiser et écouter un personnage tel que Pierre Mertens est d’une richesse incontestable tant l’intelligence du personnage est à l’image de sa toison, indomptable.

Sa bibliographie en témoigne largement et impressionnera plus d’un chercheur. Les sujets de sociétés de notre planète, ou de notre pays auront été décortiqués avec une âpre rigueur. Ce qui vaudra « au fauve » de belles batailles et des joutes mémorables.

Et cette éternelle curiosité de Pierre Mertens aiguisera son regard, sa verve, sa plume.

« Qu’est-ce que le monde ? »

Merci Monsieur Orban pour cette belle enquête.

A bientôt Jean-Pierre pour quelques « Causeries… ».

Publicités