Alice au pays des casseroles de Maud Brunaud (isbn 9782365754514) – La guerre des sabotiers de René Bruneau ( isbn 9782365754477) – PACHACUTI La fin du monde de Didier Callot (isbn 9782365754484) – Souvenirs d’une invisible d’Alain Gerber (isbn 9782365754491) aux éditions Marivole 2018

Ecran TV sony - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie

 

marivole Alice

En deux mots :

Alice, une jeune femme douce et timide, vit dans la campagne berrichonne avec son chien et ses deux perruches. Célibataire trentenaire et sans histoire, elle tient le restaurant familial depuis que sa mère lui a passé la main. Un jour, sa vie raisonnable et solitaire est bouleversée par l’arrivée devant sa porte d’un food truck et de son séduisant propriétaire.

Il était une fois… Moi ! Alice ! jeune femme douce et timide dans la trentaine (on ne demande JAMAIS son âge exact à une femme !). Célibataire. 90/60/90 (enfin, à peu près… à la louche quoi ! à la bonne grosse louche !). De loin et sans lunettes, on me dit que je ressemble assez à Émily Blunt… Heureuse propriétaire d’un chien-saucisse et de deux perruches. Je demeure en pleine campagne berrichonne où je tiens le restaurant familial depuis que maman (contrainte et forcée) m’a passé la main. Je bous souvent intérieurement et je ne sais pas pourquoi je n’arrive jamais à me lâcher ! C’est un peu comme si le chanteur de Kiss était coincé dans le corps d’Édith Piaf ou comme si on voulait apprendre à mordre à un ours en peluche. Je ne suis donc ni une princesse de conte de fées ni une icône mode du XXIe siècle à la Kim Kardashian, vous l’aurez peut-être remarqué…
Ainsi, commence « l’histoire de ma vie » !
Jusqu’ici, je me suis toujours évertuée à ne pas me montrer trop gourmande et j’ai goûté, avec parcimonie, aux plaisirs de la vie. Mais, un jour, mon petit château de convenances et de solitudes s’est envolé aux quatre vents… tout ça à cause d’un food-truck installé devant ma porte et de son séduisant propriétaire !

Journaliste et écrivaine, Maud Brunaud a écrit de nombreux ouvrages, notamment sur le Berry, dont elle est native. Généreuse, pétillante et dynamique, elle voulait écrire quelque chose qui lui ressemble. C’est avec enthousiasme qu’elle s’est lancée dans la rédaction de ce « gossip » de campagne. Elle a su trouvé un style littéraire fluide et  agréable pour offrir des comédies légères dans la lignée de celles de Sophie Kinsella, Maud Brunaud est une auteure qui sait nous faire rire et sourire !

 

Marivole La guerre des sabotiers

En deux mots :

Incursion dans la France du XVIIe siècle. Ce récit, fondé sur des faits historiques, est centré sur la Guerre des sabotiers, un épisode méconnu de la Fronde au cours duquel les paysans de Sologne affrontèrent les armées de Louis XIV. L’action se déplace ensuite dans la Nouvelle-France, aux tout premiers temps de sa colonisation.

La guerre des sabotiers – Tome 1 – Orages

« Les paysans de Sologne se sont si fort attroupés, qu’ils sont aujourd’hui une armée de sept mille hommes (…) Ce désordre irait bien loin s’ils avaient un chef de remarque. » Lettre de Guy Patin. 1658.
La Guerre des Sabotiers – ainsi nommée car les paysans révoltés étaient chaussés de sabots – est un épisode peu connu de notre histoire. Cette ultime convulsion d’une Fronde qui avait déchiré le royaume durant cinq années, allait, pendant des mois, tenir en échec les armées du jeune roi Louis XIV, avant de s’achever dans le sang.

C’est là, tout à la fois, le récit d’une lutte à mort pour le pouvoir, et celle d’un sursaut désespéré des humbles, soumis aux insupportables violences d’une politique inique autant que cynique. Méconnus, les faits sont cependant véridiques, les personnages ont pour la plupart existé, leur histoire mêle noirceur et lumière, tragique et grotesque, l’amour jusqu’au sacrifice, la haine jusqu’à la déraison.
Cette incursion dans la France tourmentée et meurtrie du XVIIe siècle constitue aussi un voyage qui conduira le lecteur jusqu’en la Nouvelle-France, aux tout premiers temps de sa colonisation.
C’est enfin une grande histoire d’amour, avec de belles figures de femmes, connues et inconnues, Marie, promise aux plus hautes destinées, Audine, aimante et pathétique, Jeanne, l’aventurière flamboyante, et l’infortunée Zelda.

La Guerre des Sabotiers est le cinquième roman de René BRUNEAU, après La Louve de Blois, primé aux Rendez-vous de l’Histoire en 2008, Les Amants de la Folie-Dieu (2010), Les Gestapistes (2011) et La Pastourelle d’Orchaise (2013). Auteur de plusieurs pièces de théâtre, il a également écrit pour la télévision et scénarisé une dizaine de spectacles son et lumière en France et à l’étranger.

 

Marivole Pachacuti
En deux mots :
La planète a été en grande partie détruite par une guerre nucléaire et Luc, ingénieur atomiste repenti, vient de quitter Edith, sa compagne hôtesse de l’air. Réfugié dans un abri antiatomique pendant qu’elle s’est envolée pour un pays lointain, il n’a d’autre but que de la retrouver et s’interroge sur l’existence d’un paradis terrestre resté inviolé par la civilisation.
Il y a longtemps que notre monde n’avait connu période plus troublée, où les armes prolifèrent dans tous les pays, et où deux chefs d’état trop gâtés se disputent la taille de leurs boutons nucléaires. Qui appuiera dessus le premier ? Peu importe, ce qui devait arriver arrivera, et la prophétie des Incas, Pachacuti, concernant la fin, sous forme d’un gigantesque chaos, d’un quatrième monde, avant l’avènement d’un cinquième, plus pacifique et plus faste, se réalisera-t-elle ? Elle corroborerait en tout cas les légendes, chrétienne d’Armageddon et nordique de Ragnarök, à propos d’une sorte d’Apocalypse.
Que peut y faire maintenant Luc, ingénieur atomiste repenti, qui vient de quitter Edith, sa compagne hôtesse de l’air, et qui est réfugié dans un abri antiatomique pendant que celle-ci s’est envolée pour un pays lointain ? La seule chose qui comptera pour lui dorénavant, sera de la retrouver. Mais, sur une planète en grande partie détruite par une guerre nucléaire, y réussira-t-il ? Subsistera-t-il sur cette terre un endroit préservé de la folie des hommes, une sorte de paradis terrestre inviolé par la « civilisation » ?
Avec son quatrième roman, Didier Callot, écrivain éclectique, s’il en est, puisqu’il écrit aussi des chansons et des sketches, a choisi de changer de registre, abandonnant pour cette fois-ci la catégorie « Romans Régionaux » pour celle de « Romans d’Anticipation ».
S’inspirant de la psychose actuelle d’une guerre nucléaire possible, il franchit le pas et imagine ce qui pourrait se passer si celle-ci devenait mondiale.
Cela donne à ce livre du palpitant, commençant comme un roman de science fiction et se terminant en roman d’aventures, fait de voyages autour du monde et de découvertes très surprenantes.
Didier Callot a déjà publié trois romans : La Gitane, sa suite, Le Bohémien aux yeux clairs, saga amoureuse en roulotte sur fond de Grande Guerre, et L’Ermite de Loire, consacré à son fleuve fétiche.
Marivole Souvenirs d une invisible
En deux mots :
Le parcours et les choix de Sonia, fille d’un ancien sergent du tsar Nicolas II venu s’installer à Belfort au début du XXe siècle. Elle traverse les deux guerres, épouse par dépit Joseph Lentz dont elle a deux enfants, Mathilde et Boris, en qui elle fonde tous ses espoirs de réussite sociale. Une fresque familiale sans concession qui évoque les petits métiers et les grandes ambitions déçues.
Il s’agit de l’histoire de Sonia, orpheline de mère et fille de Samuel Breldzerovsky, ancien sergent du tsar Nicolas II Aleksandrovitch, exilé Russe d’origine juive venu s’installer à Belfort au début du XXe siècle. Sonia traverse le demi-siècle et ses deux guerres, en faisant les mauvais choix, persuadée pourtant qu’elle faisait les bons. On suit son parcours social chaotique, entre son amie Mathilde Grunbaum qu’elle envie, le pâle Joseph Lentz qu’elle épouse à défaut de son frère, le brillant Victor, et leurs enfants Boris et Mathilde, alias Hélène. Elle place en Boris les espoirs de réussite sociale qu’elle n’a pu réaliser. Boris entre au Conservatoire et devient violoniste, mais à une carrière de virtuose il préfère la sécurité d’un simple musicien d’orchestre.
Une fresque familiale et sociale acide et sans concession, où sont évoqués au passage les petits métiers et les grandes ambitions déçues, dans cette ville de Belfort que l’auteur connaît bien, pour y être né.
Dans une langue épurée et un traitement sans concession de ses personnages, Gerber a écrit là un roman que l’on pourrait qualifier de naturaliste, sur lequel plane les univers littéraires de Maupassant ou de Flaubert de L’Éducation sentimentale.
Né en 1943 à Belfort, Alain Gerber s’est illustré depuis près de 40 ans dans deux domaines : critique de jazz, animant entre 1971 et 2008 des émissions très écoutées sur France Musique et France Culture, et écrivain, auteur d’une cinquantaine de livres, tour à tour romans et essais sur le jazz.
Il a connu de grands succès de librairie avec ses romans publiés entre 1975 et 1991 chez Robert Laffont et obtenu des prix littéraires prestigieux : Prix du roman populiste en 1980 pour Une sorte de bleu, Prix Goncourt de la nouvelle en 1984 pour Les Jours de vin et de roses, Prix Interallié en 1989 pour Le Verger du diable chez Grasset.
Il continue à publier de 1991 à nous jours aux Éditions du Rocher, chez Fayard puis De Fallois, des romans subtils et en demi-teintes appréciés des connaisseurs. En 2013, il publie Une Année sabbatique qui, pour lui, s’est prolongée jusqu’aujourd’hui. Lassé du microcosme parisien et des intrigues de l’édition, Gerber arrête de publier, tout en continuant à écrire. Douze de ses manuscrits sont ainsi inédits.
Souvenirs d’une invisible fait partie de ces manuscrits inédits, que l’auteur nous a confiés à la fois pour la qualité du texte et de l’histoire, qui évoque la vie à Belfort sur un demi-siècle (1900-1950).
Publicités