Dictionnaire chic de la littérature française – Christian Authier – Editions Ecriture – Octobre 2015

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

dico chic 001.jpgEcrivain et journaliste toulousain, Christian Authier a le chic de signer un ouvrage qui a l’audace de faire preuve d’une judicieuse sélection sans prétention pour nous dénicher des monstres de la littérature dont les plus férus de ses confrères ignoraient même jusqu’à leur existence.

Le chic sera de mettre le nom de l’auteur sur un titre connu de tous… L’os risque d’être long à ronger.

On publie des livres sur tout et n’importe quoi, mais très peu sur les écrivains en activité.

L’Histoire de la littérature française du nommé Kléber Haedens s’y était en partie attelée et a été actualisée à travers quelques rééditions. Jean d’Ormesson reprit le flambeau avec Une autre histoire de la littérature française en deux volumes et prenait la précaution de ne pas toucher aux vivants. Dantzig avec son Dictionnaire égoïste de cette même littérature française a raté l’occasion de se démarquer…estimant que les fausses valeurs d’une époque donnée peuvent s’effacer devant le marbre de la postérité…

Quelques vieilles locomotives enfument le dictionnaire de Christian Authier donnant ainsi à l’ouvrage cette patine nécessaire à lui donner un certain lustre. Heureusement qu’il a fait fi de toute critique et s’est amusé à nous nommer quelques contemporains fougueux ou contestés. Mais ils ont le mérite d’être nommés.

Quelques « nègres » sont cités même si l’un ou l’autre perdra sa propre voix littéraire à force d’écouter ou de raconter la vie des autres.

Le Dictionnaire chic de la littérature française se consulte aisément. Son texte tout aussi haletant, profond, joyeux, drôle, intelligent est une promenade dans cette histoire des belles plumes que nous consultons tous les jours.

Alors que quelques « vaches sacrées » et fausses valeurs sont soigneusement ignorées, Christian Authier nous offre une pléiade d’inconnus et d’autres dont le titre du roman a pris le pli en lieu et place de son propre auteur… Les maisons d’éditions y sont pour beaucoup. Nous ne comptons plus les bandeaux placés sur un nouveau livre nous annonçant : « Par l’auteur de… ».

Le chic de mon exemplaire est qu’il contient le marque-page griffé du nom d’Alain Cadéo l’auteur de « Zoé ». En effet, Alain Cadéo est un de ces auteurs qui auraient le mérite d’apparaître dans un tel ouvrage tant leur œuvre littéraire, parfois méconnue du grand public, fait la joie des amoureux de la belle écriture.

Publicités

Je ne te mangerai pas tout de suite – Emmanuèle Sandron – Editions Luce Wilquin – Octobre 2015

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Electre_978-2-88253-509-2_9782882535092.jpgJe m’interdis d’arracher les deux rosiers dans les vignes, laissant leurs pétales fanés couvrir la Place des Innocents.

A l’ombre du grand hêtre, Heidegger jouait au volley dans la cour voisine… Je le regardais, un grand chapeau sur la tête…cachant ainsi mon regard fouillant l’allée du labyrinthe voisin… Quelques cigales folles de chaleur se crapahutaient au son d’une étrange mélopée… me faisant songer aux Lamentations de Jérémie jouées au violoncelle seul dans l’église de Saint-Julien-le-Pauvre…

S’il est bon de s’interdire, le désir, lui se glisse sur la crinière de l’homme-lion… Ce n’est pas de pomme qu’il sera gavé… mais de deux grains d’un pinot blanc, doux et juteux offerts par la femme-félin toute croupe offerte aux vagues vertes des vignobles voisins.

La petite chatte passe et repasse de son pas souple…la queue toujours bien droite, bien perpendiculaire…

Elle est belle…

Une serpillière imaginaire la récure… tout en trottinant…

« Oh RASSURE-TOI, JE NE TE MANGERAI PAS TOUT DE SUITE ! » m’a-t-elle dit, en me tendant son dernier recueil de nouvelles…

J’ai éclaté de rire.

-Mais je ne me laisserais pas faire !

Sa main a effleuré la mienne, comme pour dire : je te comprends, ne t’en fais pas. Elle a eu un sourire très beau, un sourire de Madone… carnassière.

« SI JE DEVAIS ECRIRE la chronique d’UN TEXTE EROTIQUE, il ne se passerait rien » dis-je en la regardant dans les yeux…

Dès son départ, je me précipitai dans la cuisine où une débauche de fruits m’attendait… me remémorant les parfums d’un jardin inexploré…

Ivre de toutes ces suggestions, le chroniqueur, en manque d’imagination se vautra dans une paresse lascive… laissant à sa feuille blanche la virginité…

d’une page …aujourd’hui effarouchée.

PS : L’explorateur sortit de la jungle fier de ses trophées… de ses souvenirs… mais aussi de sa prouesse d’être parvenu à déchiffrer ce qui se passe dans la tête d’une écrivaine à la chevelure flamboyante… et ce n’est pas en page 69 !