Almanach POP ROCK 2 – Éric Laforge – éditions Racine – ISBN 9782390250562

9782390250562

  • Éric Laforge est de retour avec un deuxième Almanach pop-rock !

Éric Laforge vous propose, pour chaque jour de l’année, différentes rubriques dont : l’histoire du jour, le disque à écouter, une citation, les naissances, une disparition, c’est aussi arrivé le même jour, l’origine des noms d’artistes… Plus de 4 000 nouvelles informations parfois très insolites sur le rock, la pop, le blues et le R&B à découvrir dans cet almanach.

Parmi les informations contenues dans cet Almanach poprock 2, vous trouverez celle concernant ce rockeur célèbre qui s’était présenté à la présidentielle américaine avec le slogan : « Un candidat troublant pour un monde troublé ! » Et puis il y a ce malade, dans un clip de Metallica, dont les spasmes inquiétaient les médecins jusqu’à ce qu’ils comprennent que ce n’était pas des spasmes. Vous connaissez sans aucun doute le générique de , vous avez aussi probablement écouté l’album The Wall de Pink Floyd et… vous n’avez rien remarqué ? Vous en saurez plus en ouvrant ces pages !

Feuilleter l’album

Racine

Publicités

Causeries avec… Jean-Pierre Orban – Pierre Mertens Le siècle pour mémoire – Biographie – éditions Les Impressions Nouvelles 2018 – ISBN 9782874496301

 

Biographie critique de P. Mertens, écrivain majeur de la francophonie né en Belgique en 1939, qui met en lumière des aspects étonnants de sa vie et interroge les limites éthiques de la littérature.

Pierre Mertens est un des écrivains majeurs de la Francophonie et de la littérature française. Par l’ampleur de son oeuvre couronnée de nombreux prix, dont le Médicis en 1987 pour Les Éblouissements, et plusieurs fois nobélisable, il est sans doute le plus grand écrivain belge vivant.

Mais il est avant tout un témoin de son temps. Comme observateur judiciaire international et défenseur des droits de l’Homme, il a été sur la plupart des fronts de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle : Europe de l’Est, Amérique latine, Moyen-Orient.

Pierre Mertens, Le Siècle pour mémoire raconte sa vie privée et publique et se lit comme un roman à rebondissements, depuis l’engagement de ses parents dans la Résistance jusqu’à ses procès avec la famille royale belge et avec le leader politique flamand Bart De Wever. Antisémitisme, islamisme, féminisme, rien de ce qui importe sur la scène historique européenne et mondiale n’échappe à son attention ni à sa verve.

Fondée sur sept ans de recherches, ainsi que de nombreux entretiens avec Pierre Mertens et près de quatre-vingt témoins, cette biographie entrelace constamment l’Histoire extérieure et l’histoire personnelle de l’écrivain. Le portrait sensible mais sans concession que trace Jean-Pierre Orban fait la lumière sur des épisodes étonnants de la vie de Pierre Mertens et pose des questions essentielles sur les limites éthiques de la littérature : jusqu’où peut-on aller quand on crée ? Quel impact la construction d’une oeuvre et d’une vie a-t-elle sur le créateur lui-même, sur ses proches et ses personnages vivants ? Une enquête au bout de la littérature de notre temps…

Jean-Pierre Orban est écrivain (romans, nouvelles, théâtre, récits). Son roman Vera (Mercure de France) a remporté le prix du Premier roman 2014 et le prix du Livre européen 2015. Il a récemment publié au Mercure de France Toutes les îles et l’océan (roman). Il est chercheur associé à l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS – École normale supérieure), spécialisé en littérature francophone.

 

REMERCIEMENTS JP ORBAN

Concerto pour vos sens – Jean-Bruno Alexandre – Les Editions Abordables 2018 – ISBN 9782374310008

JB Alexandre

Une balade dans les vignes de Saint-Émilion où vos sens seront mis en éveil.

L’amour, le piano et le violon, les liens fusionnels entre des personnages bienveillants, la bonne table, un voyage baigné de plaisirs…

Comme à l’époque des ménestrels, les « ballades » de Jean-Bruno Alexandre, magicien des mots, nous conteront les plaisirs des parfums des vignes, des sons et des paroles à l’ombre d’une grande bâtisse au cadre historique.

Aux mille notes susurrées par un imposant piano à queue se glisseront bientôt les tendres roucoulements délicatement émis par la bouteille de pomerol exceptionnel millésime 2000.

La bouteille est manipulée avec délicatesse, tout comme la coupe de la capsule du vin, enlevée avec des gestes maîtrisés et sans bruits pour ne laisser entendre que les soupirs de plaisir.

Le vin réchauffant les gorges et enivrant les corps brûlants, à la recherche de la délicatesse de l’autre.

Long week-end d’hiver, riche de bonnes choses, d’événements intenses et de complicité…

Le monde est petit et souvent on connaît des gens sans même parler alors qu’ils méritent d’être connus…

De belles rencontres se profilent. La vie donne souvent la chance de vivre et de partager de bons moments avec ceux que l’on aime…

Les émotions entre chaque personnage de cette famille et des personnes qui les entourent sont tellement fortes et uniques qu’il faudrait un roman pour les raconter…

C’est ce que nous propose Jean-Bruno Alexandre.

Abordables

jean-bruno-alexandre_concerto-pour-vos-sens_1-986

Pierre Mertens raconté par l’écrivain Jean-Pierre Orban: une biographie littéraire magistrale!

La biographie de Pierre Mertens par l’écrivain Jean-Pierre Orban
« Pierre Mertens, le siècle pour mémoire »
Editions Les Impressions Nouvelles
« Pour arriver à un tel livre, en plus de beaucoup de travail, de sérieux, d’intelligence, et de patience, il faut un don de double-vue. Et c’est ce qui rend vibrant le livre de Jean-Pierre Orban! » (Jacques De Decker)

42670927_10156948227242280_1899914564758142976_n - Copie

Lors d’une rencontre littéraire organisée à l’occasion de la sortie du livre de Jean-Pierre Orban « Pierre Mertens: le siècle pour mémoire », nous avons enregistré l’analyse enthousiaste qu’en proposa l’écrivain et critique littéraire Jacques De Decker. L’intégralité de cet enregistrement peut s’écouter sur  sound cloud  
L’ouvrage dont il est question ici est exceptionnel à plusieurs titres. Le pari n’était pas gagné d’avance: comment en effet retracer à la fois la vie et l’oeuvre d’une des figures les plus engagées de la littérature belge francophone contemporaine, comment entrelacer l’une et l’autre et explorer les cordons nourriciers qui les relient? Il fallait davantage que l’érudition d’un historien ou l’analyse d’un critique. C’est en cela sans doute que l’approche littéraire de Jean-Pierre Orban fut l’instrument idéal de ce travail de longue haleine qui aboutit à la double parution d’un gros volume papier et d’une version numérique complémentaire, tous deux parus aux Impressions Nouvelles.
Cette biographie littéraire ne manquera pas de donner l’envie de lire (relire) les nouvelles et romans de Pierre Mertens, un des écrivains majeurs de la francophonie.
L’occasion nous est donnée ici d’évoquer plusieurs entretiens avec Pierre Mertens que nous avions eu l’occasion d’enregistrer chez lui, et qui sont bien sûr toujours accessibles sur la webradio www.espace-livres.be .
Au cours de ces onze enregistrements, nous évoquions avec Pierre Mertens chacune des étapes de sa carrière littéraire, suivant le fil chronologique de la  publication ou de la ré-édition  de ses livres (notamment dans la collection patrimoniale Espace- Nord) : « Les Bons offices », « A la proue » ,  » Une paix royale » ,   » L’Inde ou l’Amérique« ,  » Les éblouissements » , « L’ami de mon ami » ,  » Terre d’asile » , ainsi que des auteurs qui l’avaient marqué et auxquels il souhaitait rendre hommage, comme Simon Leys , Günter Grass , ou Charles Plisnier  . Figure aussi dans cette ensemble sonore l’enregistrement d’un long entretien entre Jacques De Decker et Pierre Mertens réunis à l’occasion d’une conférence du Jeune Barreau en 2010.
Pierre Mertens est aussi un écrivain par la parole: l’écouter évoquer son travail d’écrivain, ses sources d’inspiration, ses combats et ses engagements  provoque un éveil stimulant de la curiosité et de la conscience.
Jean Jauniaux/ Edmond Morrel , le 11 octobre 2018
 » Je voudrais dire d’emblée que ce livre est un formidable livre. Et je le dis ici à son auteur. J’ai beaucoup lu de biographies, j’en ai écrit moi-même… Mais il faut se dire qu’écrire une biographie…c’est impossible. Celle que Jean-Pierre Orban consacre à Pierre Mertens est une étape dans la vie de ce dernier. La biographie est toujours une espèce de pari. Il y a des auteurs qui sont des biographes professionnels, notamment des anglo-américains. Certains ont été des écrivains plus qu’honorables et de bons biographes, je pense à Henri Troyat, dans un style très classique. Dans le cas de Jean-Pierre Orban, nous avons affaire à un biographe qui n’oublie pas qu’il est écrivain. Il a à son actif au moins deux romans qui sont de très beaux romans: « Véra » (qui a eu le Prix européen du roman en 2014) et « Toutes les îles et l’océan » (Mercure de France, 2018). Dans le cas de la biographie de Pierre Mertens, Orban se trouve confronté à une sorte de monstre, loin de l’auteur flatté d’être l’objet d’une biographie. D’ailleurs il aurait pu l’écrire lui-même. Or si on lit attentivement son oeuvre,  on s’aperçoit que son oeuvre littéraire est biographique, et j’irais jusqu’à dire autobiographique. A partir de  là, le travail du biographe consiste à séparer le bon grain de l’ivraie. Je me suis souvent demandé pour quelles raisons ce sont souvent les écrivains qui engendrent le plus de biographies… qu’on écrive la biographie d’un astronaute est parfaitement respectable et justifié. Il n’aura d’ailleurs jamais lui-même la tentation d’écrire son autobiographie…ou alors tout au plus des souvenirs. Et pourtant, on écrit beaucoup de biographies d’écrivains. Pourquoi? Parce qu’on les soupçonne tous! Nous nous trouvons dans l’ère du soupçon généralisé. Nous savons très bien que la formule clé de la littérature a été dite par Aragon, le mentir-vrai… Ce qui est stimulant c’est de savoir comment on sépare les deux éléments de cette formule. Pour y arriver, il faut en plus de beaucoup de travail, de sérieux, d’intelligence, et de patience, il faut un don de double-vue. Et c’est ce qui rend vibrant le livre de Jean-Pierre Orban: ce supplément de vue. J’aimerais ici évoquer la figure de Malraux. Un personnage héroïque…dont je relis la biographie par Olivier Todd. On ne peut pas dire cela de Pierre Mertens! Il n’a jamais pris les commandes d’un avion, prétendu avoir dirigé une escadrille pendant la guerre d’Espagne, ni avoir dépouillé des temples en Extrême-Orient… Il n’y a rien d’épique dans sa vie, hormis bien sûr les missions juridiques menées sous l’égide d’organisations internationale… A cet égard, un des textes les plus extraordinaires de Mertens est un texte qu’il n’aurait pas écrit s’il n’était l’expert en droit international quel est: L’ami de mon ami. C’est un texte d’une puissance philosophique inimaginable sur le fonctionnement du mal. Il y a donc des expériences concrètes, mais qui n’ont pas l’aspect spectaculaire de celles vécues et relatées par Malraux. Dans ces biographies, il suffit de suivre l’histoire… Dans le cas du « Siècle pour mémoire », on sait qu’on ne pourra tout dire, mais ce qu’on dira passera par une forme d’intuition et par la profonde compréhension tacite entre l’écrivain et son lecteur. Il s’agit donc bien d’une biographie d’écrivain par un écrivain. Et par un écrivain qui n’oublie pas qu’il est écrivain. Dans le cas de mes biographies consacrées à Ibsen ou Wagner, je considère qu’il s’agit d’un travail d’essayiste ou de journaliste. Ici, en revanche, nous ne sommes pas dans le journalisme. A cet égard, on aurait pu craindre que les chapitres consacrés aux « affaires » Bart de Wever et « Une paix royale » n’intéressent pas le public non-belge. Eh bien, tel n’est pas le cas. La manière dont Jean-Pierre Orban traite ces deux affaires, les rendent accessibles au niveau universel. On s’aperçoit aussi que la Belgique est encore une monarchie. n s’aperçoit aussi que la division culturelle de la Belgique a quelque chose de véritablement dramatique, qui peuvent revêtir une dimension philosophique très grande. Tout ceci donne à cette biographie de Pierre Mertens, une richesse et un intérêt réel pour tous les lecteurs. »
Jacques De Decker , extrait de l’enregistrement d’une rencontre littéraire avec Pierre Mertens, Jean-Pierre Orban et Monique Toussaint, le 9 octobre 2018)

Ajiaco – Jean-Louis Lippert – Les éditions du CEP 2018 – ISBN 9782390070443

Lippert_0001

Un spectre hante la littérature : le spectre de l’aède. Il est le refoulé d’une ère prosaïque interdisant que soit traduit en chant le poème du monde. Sa mélopée depuis la guerre de Troie, dans un miroir sphérique, offre une vision globale dont s’élucident les trompe-l’oeil du dernier demi-siècle.

Seuls guidèrent sa descente aux abîmes des songes qui ne se font pas les yeux fermés. Transfuge des deux rives en flagrant délit d’exil où qu’il soit, l’aède Anatole Atlas accomplit ici le plus beau de ses rêves : celui d’un homme qui réinvente l’univers au-delà de la mort.

En lui la voix de Lazare s’unit à celle d’Orphée pour actualiser le voyage d’Osiris.

Ici la parole s’empare donc d’Eve, d’Eurydice et d’Isis : ange-démon, fée-sorcière, oiseau-serpent des origines dont la transe ne conjure pas tous les sortilèges du dragon quand celui-ci vêt armure d’archange au sommet de la capitale d’Europe.

Quelles noces unissent-elles ces forces antagoniques pour emmurer l’humanité dans une géhenne d’images édéniques ? Orpailleur du temps dont les pépites illuminent un livre écrit de siècle en siècle, l’aède nous distille une alchimique sémiologie de la cosmopolis. Oeuvre allégorique, parabole pure, sa cosmythologie se veut, contre toutes les formes d’empoisonnement psychique, une hiérophanie de l’image dialectique.

Mais, d’avoir épousé tous les espoirs déçus des vaincus de l’Histoire, qui plus que lui doit-il supporter la violence de l’échec ? Jusqu’après la mort il demeure fidèle à cette étoile rouge dont il fut chevalier servant toute sa vie, contre l’unique opinion mondiale.

Témoin oculaire de l’avenir non moins que visionnaire du passé, l’aède annonce de longue date aux vivants que le paradis du mythe s’ouvrira dès lors qu’ils habiteront historiquement leur monde.

Car la nostalgie de l’unité perdue rejoint l’utopie d’une sphère commune à tous.

Ne s’en faut-il pas d’un regard pour que s’évanouisse le cirque des idoles en la fausse lumère projetée par les miradors de la tour Panoptic ?

L’aède est un miroir de la révolution qui vient.

Mais il nous conte aussi la plus étrange histoire d’amour jamais imaginée dans un roman. Amour, Révolution, Création : ARC faisant jaillir dans une cinquième dimension – celle du rêve et de la mémoire – une flèche vers l’ailleurs qui permet au lecteur lui-même de conjurer son propre évanouissement dans la mort.

Peut-être un espace-temps vertigineux s’ouvrira-t-il à celui-ci. Peut-être s’avisera-t-il du fait que les multiples censures frappent l’oeuvre de l’aède (aventure d’une écriture autant qu’écriture d’une aventure), comme expérience des limites où se joue le destin de la parole humaine, éclairent la dimension politique de toute vraie littérature.

Peut-être découvrira-t-il que nul n’est innocent du crime narré dans cet AJIACO.

Jean-Louis Lippert, né en 1951 à Kisangani, est l’auteur d’une oeuvre littéraire abondante, notamment Mamiwata, à la fois rigoureuse et multiple qu’il signe aussi de plusieurs pseudonymes dont Anatole Atlas ou Juan-Luis de Loyola. En ce début septembre, il publie aux éditions du C.E.P. Ajiaco, une expérience d’écriture et de lecture étonnante. Jean-Louis Lippert ravive le chant de l’aède, invite à se réapproprier la parole des poètes morts pour, à travers ce chant revenu des origines, opposer la vie au pouvoir mortifère du Kapitotal. Découvrir Ajiaco, c’est réarpenter les périodes de l’Histoire avec un regard autre que celui de la Tour Panoptic. Une immense leçon d’écriture et de liberté.

AjiacoLL8oct18 - Copie (2)

 

Énigmes du seuil – Rio Di Maria – éditions l’Arbre à paroles 2018 – ISBN 9782874066740

Rio couverture

Rio Di Maria surprend à bousculer le vide. Il apprivoise l’imprévisible instant auquel il appartient.

L’imagination du poème fleuri de la mine du crayon.

 

L’enfer guette la dernière flamme

Brûlant sur table rase

L’imagination du poème

se refuse les portes ouvertes de tout paradis

Tout est là

Tout peut enfin commencer

Tout peut déjà finir

Qui choisira de commencer à en finir ?

Le recueil de Rio Di Maria donne parole au silence d’immensité dans lequel la nuit s’invente.

Ses murmures obsessionnels sur le chemin d’incertitude sont l’ouragan qui organise ses nuits de profondeurs interstellaires.

Lui, le braconnier de l’invisible marche dans le silence des siècles inventés…

Pour lui, la nuit n’est pas encore la femme à venir…

D’où ses inépuisables interrogations.

Bien lui fasse, la main quiète affine chaque trait

Toutes les ébauches des rêves se synchronisent sur la feuille.

Les mots redeviennent réalité sécurisante pour la mémoire encombrée…

La main quiète affine chaque trait, finalise toute épure.

De ses lèvres, de ses mains, de ses yeux le poète crie tout le bonheur d’un monde impossible.

Que sont devenus nos Petits Billets… Des Mots de Contrebande (Aux Inconnus qui comme moi…) Alain Cadéo.

Cadéo bis

Que sont devenus nos Petits Billets…
Des Mots de Contrebande
(Aux Inconnus qui comme moi…)
Alain Cadéo.

Attendue avec fébrilité, la Collection TEXTE des Editions La Trace arrive sur la pointe des mots…
« Ce ne sont que des mots ! 
Peut-être… 
permettez-nous pourtant de croire qu’ils sont le contrepoids 
mettant en mouvement l’aiguille des secondes 
qui fait danser nos vies. » 
Alain Cadéo

En librairie à partir du 2 décembre 2018